Acheter une

propriété faisant

l’objet d’une saisie


 

Au Canada, notre taux de forclusion est extrêmement faible comparativement à ce qui prévaut ailleurs dans le monde. Selon la plupart des estimations, notre taux tournerait autour de 0,30 %. Aux États-Unis, il se situe à 1,2 %, alors qu’en Grèce, il atteint 33 %.

Nous devons féliciter notre secteur du crédit fortement réglementé si ce taux n’a pas dépassé 0,40 %, même pendant la crise économique de 2009. Même lorsque nos mesures étaient plus souples, le Canada se situait tout de même parmi les pays dont les mesures étaient les plus sévères au monde.

De plus, les Canadiens ne laissent pas aller leur propriété facilement.

Cela dit, lorsque nous cherchons une nouvelle propriété ou un immeuble de placement, il y a habituellement une ou deux propriétés faisant l’objet d’une saisie qui valent la peine d’être prises en considération dans notre marché cible. Il est vrai que ces forclusions se vendent souvent au rabais par rapport à leur valeur marchande courante, mais en général, le rabais n’est pas si important.

Dans un tel cas, vous devez prendre en considération que lorsque vous présentez l’offre d’achat, vous n’aurez pas un délai raisonnable pour préparer un budget basé sur des estimations détaillées pour tout travail de rénovation qui doit être fait. Aussi, l’offre sera présentée au prêteur et non au propriétaire original.

La façon de faire est de préparer votre financement avant même de présenter une offre d’achat.

Un prêteur est également susceptible de ne pas avoir reçu de paiements pendant une période pouvant aller de 12 à

24 mois, puisque le système est surtout fondé sur le fait que les Canadiens ne perdent pas leur propriété. Cela signifie qu’il est possible que la propriété ait été occupée par quelqu’un sans que le prêteur n’ait reçu aucune somme d’argent pendant près de deux années complètes. On peut s’imaginer que très peu d’entretien ou de maintien n’ait été fait pendant cette période.

Un excellent plan consiste à frapper aux portes et à poser des questions aux voisins concernant la propriété et son histoire. S’agit-il d’une propriété qui a été louée à une série de mauvais locataires? Y a-t-il eu des activités illégales? Ce sont toutes de bonnes choses à savoir.

Déterminez le prix d’achat maximum à l’avance. Tenez compte de l’évaluation, de l’inspection et du budget des réparations et, dans le calme de votre propre bureau ou de votre domicile, c’est-à-dire avant de pénétrer dans l’atmosphère tendue d’une salle d’audience, établissez votre montant maximum. Ensuite, tenez-vous-en à votre offre maximum, comme prévu.

Le processus de forclusion est une partie intégrante de la loi qui permet véritablement à des racines socialistes de transparaître. Il est fondé sur le fait d’accorder toutes les chances possibles aux propriétaires de maison non seulement de recouvrer leur propriété, mais également de la faire vendre à un prix raisonnable.

Il ne s’agit pas d’un marché aussi lucratif pour les investisseurs qu’il l’est aux États-Unis, mais les occasions existent. Assurez-vous de retenir les services de votre courtier hypothécaire pour vous aider tout au long du processus. Le fait d’avoir des spécialistes expérimentés pour vous appuyer est primordial dans le cadre de telles transactions.

Contacter Rachel

5 + 15 =

Acheter une

propriété faisant

l’objet d’une saisie


 

Au Canada, notre taux de forclusion est extrêmement faible comparativement à ce qui prévaut ailleurs dans le monde. Selon la plupart des estimations, notre taux tournerait autour de 0,30 %. Aux États-Unis, il se situe à 1,2 %, alors qu’en Grèce, il atteint 33 %.

Nous devons féliciter notre secteur du crédit fortement réglementé si ce taux n’a pas dépassé 0,40 %, même pendant la crise économique de 2009. Même lorsque nos mesures étaient plus souples, le Canada se situait tout de même parmi les pays dont les mesures étaient les plus sévères au monde.

De plus, les Canadiens ne laissent pas aller leur propriété facilement.

Cela dit, lorsque nous cherchons une nouvelle propriété ou un immeuble de placement, il y a habituellement une ou deux propriétés faisant l’objet d’une saisie qui valent la peine d’être prises en considération dans notre marché cible. Il est vrai que ces forclusions se vendent souvent au rabais par rapport à leur valeur marchande courante, mais en général, le rabais n’est pas si important.

Dans un tel cas, vous devez prendre en considération que lorsque vous présentez l’offre d’achat, vous n’aurez pas un délai raisonnable pour préparer un budget basé sur des estimations détaillées pour tout travail de rénovation qui doit être fait. Aussi, l’offre sera présentée au prêteur et non au propriétaire original.

La façon de faire est de préparer votre financement avant même de présenter une offre d’achat.

Un prêteur est également susceptible de ne pas avoir reçu de paiements pendant une période pouvant aller de 12 à

24 mois, puisque le système est surtout fondé sur le fait que les Canadiens ne perdent pas leur propriété. Cela signifie qu’il est possible que la propriété ait été occupée par quelqu’un sans que le prêteur n’ait reçu aucune somme d’argent pendant près de deux années complètes. On peut s’imaginer que très peu d’entretien ou de maintien n’ait été fait pendant cette période.

Un excellent plan consiste à frapper aux portes et à poser des questions aux voisins concernant la propriété et son histoire. S’agit-il d’une propriété qui a été louée à une série de mauvais locataires? Y a-t-il eu des activités illégales? Ce sont toutes de bonnes choses à savoir.

Déterminez le prix d’achat maximum à l’avance. Tenez compte de l’évaluation, de l’inspection et du budget des réparations et, dans le calme de votre propre bureau ou de votre domicile, c’est-à-dire avant de pénétrer dans l’atmosphère tendue d’une salle d’audience, établissez votre montant maximum. Ensuite, tenez-vous-en à votre offre maximum, comme prévu.

Le processus de forclusion est une partie intégrante de la loi qui permet véritablement à des racines socialistes de transparaître. Il est fondé sur le fait d’accorder toutes les chances possibles aux propriétaires de maison non seulement de recouvrer leur propriété, mais également de la faire vendre à un prix raisonnable.

Il ne s’agit pas d’un marché aussi lucratif pour les investisseurs qu’il l’est aux États-Unis, mais les occasions existent. Assurez-vous de retenir les services de votre courtier hypothécaire pour vous aider tout au long du processus. Le fait d’avoir des spécialistes expérimentés pour vous appuyer est primordial dans le cadre de telles transactions.

Contact Rachel

7 + 14 =

Pin It on Pinterest

Share This

Partager

Partagez cet article avec vos amis !